Quand j'ai feuilleté le dernier magazine La Maison Victor, j'ai particulièrement aimé la robe Audrey... Il faut dire qu'elle est particulièrement bien mise en valeur par le mannequin qui la porte... Mais je l'ai vu sur le groupe FaceBook La Maison Victor dans une version moins filiforme et c'était vraiment joli... Alors je me suis dit, pourquoi pas une toile ?

Voilà le modèle de la robe Audrey du magazine La Maison Victor de Novembre / Décembre 2018. (et non... ce n'est pas moi sur la photo !!)

le modèle

J'avais en stock 2 bons mètres de tissu stretch noir & argent qui dormaient et que j'imaginais bien transformés en robe Audrey... 

Étape suivante : quelle taille ? Si je m'en réfère au tableau, j'ai une taille de moins aux hanches qu'en tour de poitrine... Cependant, quand on n'est pas mannequin, pas question de faire un modèle moulant où on verra tous les détails de l'anatomie, bourrelets inclus... De fait, je me suis dégonflée et j'ai opté pour ma taille tour de poitrine et basta... Pas facile de se rendre compte de la marge d'aisance dans un modèle qui se fait en autant de morceaux... En général j'additionne les panneaux pour vérifier mais là... trop compliqué.

Ensuite, comme mon tissu est stretch, j'ai décidé de zapper le zip arrière... Et je confirme que je l'enfile sans problème.

Étape suivante : bâtir... Bon, j'avoue, je ne suis pas une grande adepte de bâtir le projet avant pour s'assurer que ça le fait mais là, j'avais envie au moins de voir à quoi je ressemble dans une robe de ce genre... Alors j'ai assemblé la robe avec le point le plus long et sans point d'arrêt. Résultat : j'aurais du faire confiance a minima au tableau des tailles car c'est bien trop large aux hanches au 1er essayage. Si on résume, comme j'ai un tour de poitrine D, ce que je ferai pour une éventuelle prochaine robe Audrey, c'est :

  • resserrer un peu sous les bras,
  • laisser ma taille LMV de tour de poitrine
  • redescendre tout de suite sous les seins à la taille en dessous
  • redescendre encore d'une taille aux hanches...
  • raccourcir de 5cm la hauteur car malgré mon 1,72 c'était vraiment trop long.

Une erreur que j'ai faite : assembler à la surjeuse et refermer le dos avant de poser la parementure... Eh oui... Parce que là, ça m'a rendu la tâche bien plus compliquée... Je vous passe les bidouilles de rattrapage qui ne vous aideraient pas mais retenez que, si vous voulez comme moi ajuster de manière détaillée ET coudre à la surjeteuse... il faut laisser le dos ouvert (ou surfilé pour réouvrir) et le coudre APRES la pose de la parementure... 

Une autre leçon aussi que j'ai tirée et qui pourrait vous être utile... Si vous êtes amenée à surpiquer une encolure de ce type dans un tissu stretch, n'hésitez pas à entoiler avant le tissu pour stabiliser le côté élastique du tissu... Sinon : des gondoles bien plus qu'à Venise... Cela m'a coûté de coudre et découdre (galère) puis laver mon tissu pour qu'il se remette en place, repasser et recoudre... Quoi ? Vous le saviez ? Voilà ce que c'est que d'être autodidacte comme moi... On apprend de ses erreurs...

Le résultat est correct... et je pense même refaire une autre Robe Audrey mais... si je trouve LE tissu qui convient à un prix qui convient....  

En attendant, je vous montre ? L'encolure est un peu plus large que prévu... Mais c'est ma faute... La prochaine sera mieux...

encolure

Voilà ce que ça donne... Volontairement non moulant.

face

Je trouve le résultat plutôt pas mal (même si je me suis vue dedans avec mon pied dans sa botte de scratch !)

profil

Voilà ma bidouille pour raccorder et finir les emmanchures... On ne voit pas super bien, mais le biais renferme les 2 tissus : celui de l'extérieur et la parementure.

Epaule

Et bien évidemment ma petite étiquette que vous retrouverez ici (clic) si vous en voulez vous aussi...
Etiquette$
Bon, mon amoureux n'est pas hyper convaincu car je ne porte (quasi) jamais de robe... mais je me sens bien dedans alors il n'est pas exclu que je la porte... Me faudrait un gilet assez fin ou une chemise en voile à mettre par dessus...